Attribution mondial 2026 :Règlements de compte et débats de caniveaux !

Comme les 208 autres fédérations footballistiques, la délégation guinéenne à travers les représentants de la Féguifoot avec à sa tête le prési Antonio Souaré était présente tout récemment dans le pays de Vladimir Poutine, Russie où se déroule actuellement la 21è édition de la CDM (Coupe du monde de football). Sur invitation bien sûr de la FIFA qui, à la veille de chaque grand événement tient une réunion. Pour cette autre assemblée générale, plusieurs points étaient à l’ordre du jour dont notamment l’attribution du mondial 2026. Justement parlant de ça, deux candidatures étaient en lice: Le Royaume Cherifien du Maroc qui en était à sa 5è tentative et le trio USA-Canada-Mexique appelé autrement le candidat de l’United. L’enjeu était vraiment de taille. Beaucoup de tension et de pression des politiques. Le Maroc voulait vraiment cette organisation pour la première fois afin de réaliser son rêve. Tandis que l’United, pour l’honneur et surtout voulait montrer à la face du monde qu’il reste la seule hyper puissance. A retenir que pour la première fois aussi le vote devrait se faire en 15 secondes au même moment pour tous les délégués par la voie électronique. En terme clair , chaque votant devrait choisir son candidat en appuyant sur le bouton d’une machine personnalisée. Bien avant le vote, tout le monde savait que la Guinée avait fait son choix, le Maroc. Le président de la Féguifoot Antonio Souaré était même l’un des grands ambassadeurs de cette candidature marocaine. Comme à chaque élection, les candidats tiennent toujours des promesses. Cette énième assemblée générale était dans ce sillage. L’unique candidat africain avait dit qu’il allait renflouer la caisse de la FIFA à hauteur de 5 millions de dollars us et celui d’United, 14 millions de dollars us. A partir de là, ceux qui sont imprégnés de la chose sportive savaient que cet énorme écart d’argent entre les deux camps pouvaient aussi faire la différence dans le choix définitif. La FIFA n’est pas la plus grande institution riche pour rien. Elle ne roule que pour l’argent. Rien que ça. Que dire des mafias qui s’y passent. Le cas de l’ex-président de ladite boîte Sepp Blatter et cie en est une parfaite illustration. Et que dire des pressions politiques des américains. C’est pour vous dire que tout était préparé pour la victoire finale d’une des candidatures. Au terme de l’élection, comme on s’y attendait le trio États-Unis-Canada-Me­xique l’emporte . 134 voix contre 65. Quel écart! A la fin du vote, à la surprise générale, on voit le nom de la Guinée parmi les pays qui n’ont pas voté pour le Royaume Cherifien. Chose qui étonne plus d’un. Aussitôt, pour une question d’honneur le président Antonio Souaré dénonce dans toutes les grandes presses du monde la « défaillance du système de vote et affirme qu’il y a eu une erreur technique. Même s’il insiste et persiste qu’il avait voté pour le Maroc ». Il n’en fallait pas. Des débats de caniveaux et les règlements de compte commencent. Les commentaires fusent de partout surtout sur les réseaux sociaux. Chacun y va de son commentaire. On ne croyait plus aux propos du président de la Féguifoot. Ainsi, les gens ont été bien servis par des grosses injures, des propos haineux, des propos diffamatoires, de la calomnie et que sais-je encore de la part de certaines personnes qui n’ont parfois aucune connaissance du football, à l’encontre de M. Souaré et ses collaborateurs. L’on a aussi compris l’hypocrisie du guinéen. De même que des politiques se sont invitées dans la danse. Ainsi va la Guinée. Voyant l’ampleur des choses car la coopération guinéo-marocaine était en jeu, le département communication et médias de la Féguifoot sous la coupe bien sûr du comité exécutif, a fait un communiqué de presse dans la foulée, dans lequel il explique l’historique des liens d’amitié entre les deux pays dans tous les domaines dont notamment le football, le soutien du Maroc pendant la période d’Ebola, et affirme que la Guinée avait bel et bien voté pour son pays ami et frère du Maroc,mais qu’une erreur technique s’est produite lors du vote. Le Liban aussi se trouverait dans le même cas. Le Brésil et l’Argentine auraient aussi contesté leurs votes. Quelques heures plus tard, réuni en conseil des ministres le gouvernement après examen de la situation, a renchéri dans le même sens. Dès lors le débat devrait être clos, mais non c’était sans compter sur les détracteurs de la Féguifoot. La nation est au dessus de tout. Connaissant Antonio Souaré, il ne peut trahir la confiance des millions de guinéens pour rien au monde. Ne doutez surtout pas de cela car il a largement les moyens de sa politique. Accompagnons-le, au lieu de le détruire et détruire surtout le football guinéen dans lequel il aura mis énormément d’argent sans s’attendre à un retour.

Salifou Super V et compagnie tirent des ficelles

Même en étant en exil forcé en France parce qu’il a un mandat d’arrêt international contre lui, pour détournement de fonds publics ou d’argent de la FIFA et sponsors connexes, l’ancien président de la Féguifoot Salifou Super V Camara ne se s’avoue jamais vaincu. Il continue à tirer des ficelles. Toutes ces campagnes de dénigrements et médiatiques qui se font aujourd’hui et depuis quelques jours contre le président Antonio Souaré, le comité exécutif et ses proches seraient bel et bien orchestrées par Super V, Blasco Barry, ancien secrétaire général et consorts dont certains anciens membres de notre institution footballistique qui occupaient des places de premiers choix font aussi partie. Ils veulent coûte que coûte revenir au devant de la scène de notre football quelque soit la manière. Ils se trompent car ils sont démasqués.

Le crime d’Antonio, les audits

Ce rappel est toujours extrêmement précieux! L’argent c’est le nerf de la guerre. Partant de là, dès son arrivée à la tête du football guinéen le président Antonio Souaré, a engagé les audits contre la gestion antérieure de son prédécesseur Super V Camara et sa bande. Fait historique qui n’a laissé personne indifférente car c’était vraiment courageux. Après enquête, Salifou Super V, Blasco Barry et Morthon Soumah, ont été épinglés.Les deux derniers, ont fait plusieurs semaines voir même des mois de détention à la maison centrale de Conakry avant d’être libérés provisoirement. Ils sont actuellement dans les mains de la justice. Le 3è larron comme vous le saviez est en cavale. Il est activement recherché par l’interpool. Malgré sa difficile situation, Super V continue à se battre pour nuire au comité exécutif de la Féguifoot. Il passe par tous les moyens pour arriver à ses fins. Malheureusement pour lui, il a été compris par bien des gens. L’on se rend compte qu’il n’avait aucun travail à part celui de la Féguifoot. Il se servait tout simplement de notre football. On comprend finalement tout ce qu’il fait n’est que de l’acharnement. Un combat perdu d’avance. Tout cela devrait permettre aux uns et aux autres de mieux cerner la situation actuelle de notre football. Aux dernières nouvelles, on nous apprend que les dirigeants du football marocain, se sont longuement entretenus avec le président Antonio Souaré. Ils l’ont même apporté leur soutien en ce moment de tension et de confusion. Pour finir les gens doivent comprendre que cette affaire n’est pas un débat de caniveaux à plus forte raison une élection présidentielle où leurs voix comptent. Qu’ils se ressaisissent et depassionnent les débats. Qu’ils sachent que tôt ou tard la vérité finira par triompher.

BANF

Nfamara Bangoura

Nfamara Bangoura

Mr Bangoura Nfamara est journaliste sportif et Rédacteur en Chef du site Stade28.com. La Rédaction :+224622376060

Laissez un Commentaire

Laissez un Commentaire (0)

Leave a Response

Laissez un Commentaire (0)

Specify a Disqus shortname at Social Comments options page in admin panel